Retour

David Decours : Start-up et confinement, ses conseils

David Decours : Start-up et confinement, ses conseils

30 mars 2020

David Decours, Expert-Comptable Exco Valliance

"En tant qu'experts-comptables, nous sommes un peu les médecins généralistes des entreprises. Nos clients attendent de nous des conseils, des explications quant à la communication gouvernementale qui n'est pas claire, avec des revirements qui mettent à mal les esprits ! Nous sommes là pour leur répondre, leur apporter des solutions et prendre en charge certaines démarches. C'est évidemment du réconfort !  

Et pour nous, c'est de la reconnaissance qui fait du bien… En cette période particulière, jamais autant de clients ne nous ont dit merci ! Plus que jamais, nous sommes plus que des prestataires, de véritables partenaires qui accompagnons le développement économique de nos clients/entreprises, même en situation de crise".

Pour beaucoup d'entreprises, tout s'est arrêté brutalement, en particulier pour les start-up avec les levées de fonds, destinées à accompagner leur développement (provenant de fonds d'investissements, de subventions, de Business Angels, etc.).  Le sujet "trésorerie" est donc évidemment prégnant pour le start-up !

Cet arrêt brutal est générateur de stress car tout ce qui était mis en place depuis plusieurs mois pour préparer ces levées de fonds, est en stand-by avec comme conséquence de voir le cash disponible fondre comme neige au soleil.

Aujourd'hui les dispositifs classiques mis en place pour faire face à la crise du Covid-19 à destination des entreprises classiques ne sont pas forcément adaptés aux start-up : par exemple BPI regarde le niveau des fonds propres d'une entreprise ; or en général, quand elle n'a pas fait de levée de fonds une start-up n'a que peu de capitaux propres. 

Autre exemple, les prêts bancaires à court terme pour gérer la trésorerie, sont accordés en fonction du chiffre d'affaires ; aujourd'hui une disposition particulière existe pour les start-up : les banques leur accordent des prêts en fonction de la masse salariale (à hauteur de 2 fois la masse salariale 2019) ! 

Et à situation exceptionnelle, mesures exceptionnelles :

Très prochainement l'Etat devrait annoncer un dispositif dédié au Start-up, "French Tech Bridge" : le financement de bridges entre deux levées de fonds pour soutenir les start-up. L'enveloppe prévue est de 80 Millions dans le cadre du PIA - Programme d'Investissements d'Avenir - géré par BPI. 

NDLR : Le dispositif est désormais annoncé.
Vous pouvez en apprendre plus sur notre article dédié aux dispositifs pour les entreprises.

Heureusement, les principaux dispositifs classiques fonctionnent aussi pour elles :

  • Le report des remboursements d'échéances
  • Le report des remboursements de prêts
  • Le report du paiement des charges sociales
    (toutes les start-up ne sont pas J.E.I - Jeune Entreprise Innovante - et ne bénéficient donc pas de taux de charges bas).

N'hésitez pas à consulter notre article dédié ou info-entreprises-covid19.economie.gouv.fr

 

Concrètement, on commence par actionner les leviers classiques mis en place :

Je fais le nécessaire auprès des établissements bancaires avec qui je travaille :

  • Je suspends mes remboursements après avoir validé les 6 mois de report automatique pour le remboursement d'une échéance, pour consolider le découvert autorisé…

Cette suspension permise par les banques doit aider les entreprises à continuer de payer leurs fournisseurs et salariés. Pour les start-up, l'équation est la même : leur trésorerie doit parer au plus pressé. L'objectif du gouvernement est clairement d'éviter les dépôts de bilan.

  • Si la banque est inquiète parce que je suis une start-up sans chiffre d'affaires  sans fonds propres et sans masse salariale, je demande à BPI d'intervenir en caution (elle se porte garant à hauteur de 90% des encours). 

Il faut savoir qu'en temps normal, les banquiers sont relativement frileux à l'égard de certaines start-up qui se tournent alors vers la Région et(ou) BPI pour décrocher des subventions ou des avances remboursables sous conditions.

  • Je ne paye pas les charges sociales, même si elles ne sont pas importantes
  • J'appelle mon expert-comptable s'il n'a pas déjà appelé, pour faire le point.

Lui est à même d'apporter des réponses car il a recoupé bon nombre d'informations avec les personnes clés (opérateurs, institutionnels, partenaires bancaires, etc.), et il peut partager ses retours d'expérience.

Nous intervenons au cas par cas : 

  • Dans un rôle de médiation pour trouver d'autres solutions de financement, essentiellement chez BPI, véritable acteur pivot dans le secteur des start-up.
  • Avec certaines start-up rochelaises nous continuons les préparatifs de levées de fonds car si le dossier est bien ficelé, original et fiable, les investisseurs le traiteront rapidement (les dossiers ne sont pas nombreux en ce moment).

Cette situation peut créer de l'opportunité : J'ai là un dossier qui fin avril devrait aller au bout de sa levée de fonds. Il n'y a pas donc que des mauvaises nouvelles… c'est certes plus facile pour une start-up qui a déjà réalisé plusieurs tours que quand c'est une première levée de fonds.

Dans ce contexte, il est important d'adopter une positive attitude !

Il faut être pro-actif, c'est assez naturel pour les start-up : Ne pas attendre que le banquier ou l'expert-comptable vous appelle. Ces jours-ci, il y a beaucoup d'informations parmi lesquelles il faut faire le tri, et des informations contradictoires qu'il faut éclaircir, si besoin avec son expert-comptable. 
Tous les dispositifs annoncés sont à passer en revue : repérer ceux qui peuvent me concerner, ceux qui peuvent convenir à mon cas particulier, tout ce qui peut être décalé dans les échéances comme les prêts d'honneur ou les avances conditionnées, mais aussi les obligations contractuelles.  

Aujourd'hui, la situation n'est pas critique. Le problème ne se pose pas pour la fin du mois, mais plutôt pour le mois prochain et celui d'après, mais c'est maintenant qu'il faut s'organiser. 
Concrètement, si j'ai du crédit à récupérer : crédit de TVA, aides à l'innovation, crédit d'impôt recherche, remboursés rapidement et en cash (quand on est J.E.I) : les procédures ont été accélérées. 

Beaucoup de start-up clôturant au 31 décembre peuvent ainsi valoriser leur crédit d'impôt. 
D'où l'intérêt d'être toujours créatif, d'être dans la mouvance…Actuellement, une start-up rochelaise finalise le bouclage de son tour de table en mode télétravail !

Pour les start-up, le travail dématérialisé est déjà une réalité : la visioconférence est par exemple un outil largement utilisé. En fait, elles ont un temps d'avance sur les entreprises classiques… 
Et donc du coup, ce peut aussi être l'occasion de profiter du temps disponible de certains opérateurs qui se trouvaient surmenés, de dégager du temps pour faire des choses qui étaient en attente, pour préparer demain

Il faut aussi faire attention à ne pas s'isoler : le confinement peut induire une forme de repli sur soi à éviter. L'avantage des pépinières ou de La Rochelle Technopole est de pouvoir créer du lien et de l'entretenir : on se croise, on apprend à se connaitre entre porteurs de projets et opérateurs… Même si c'est mieux que rien, le télétravail et les visioconférences cassent un peu cette dynamique. D'où l'intérêt de cultiver ce lien mais différemment. C'est d'autant plus facile quand on a cultivé ce lien auparavant physiquement lors de rendez-vous réguliers. 


Être attentif à cultiver ce lien passe aussi par l'animation sur les réseaux sociaux, internes et externes. On crée des événements, des réunions de travail mais aussi des rendez-vous plus informels ; c'est le moment d'animer un blog, de faire du community management, de partager ses idées (qu'un porteur de projet a naturellement tendance à protéger) : si vous avez une bonne idée, parlez-en, nous vivons dans une société de l'interactif… car cela peut créer des synergies, permettre de trouver des partenaires, des clients. 

Enfin, du "bon" peut émerger de cette période, et donc il faut rester positif, et promouvoir la bonne humeur… car l'optimisme est contagieux, ça booste ! Finalement, il y a plein de bonnes raisons de ne surtout pas paniquer… 

Remerciements

à David Decours - Expert-Comptable à Exco Valliance

Revenir à la liste des actualités